Les huiles essentielles : Mode d'emploi

Les modes d'utilisation des huiles essentielles sont variés et nombreux. Il convient de trouver le meilleur moyen d'utiliser celles-ci en fonction de l'effet ou de l'objectif recherché. Il est également nécessaire de tenir compte de leur composition et de la condition de la personne qui les utilise (âge, état de santé, grossesse…)



Même si les huiles essentielles font des merveilles, il ne faut pas oublier qu'elles sont composées à 100 % de principes actifs qui leur confèrent un pouvoir thérapeutique élevé. Il convient donc de suivre les conseils d’un spécialiste avant l’utilisation de toute huile essentielle, en respectant la posologie et la durée.


Utilisation des huiles essentielles :

- S’assurer de l’utilisation sans danger chez les enfants et les femmes enceintes et allaitantes, en prenant conseil auprès d’un aromathérapeute.

- Ne pas appliquer les huiles essentielles sur les muqueuses : oreilles, nez, yeux, et ne pas les avaler, sauf avis médical avisé.

- Ne pas s’exposer au soleil avec une essence d’agrume et certaines huiles essentielles qui contiennent des Furocoumarines.

- Dans le bain, bien mélanger au préalable l’huile essentielle à une base neutre (savon, shampoing…). L’huile essentielle ne se mélange pas à l’eau.

- Se laver les mains après toute utilisation.

- Conserver les huiles essentielles hors de portée des enfants et des animaux.


Certaines huiles ne s'ingère pas, ne s’inhale pas ou ne s'applique pas sur la peau !





 


Application cutanée :

- Réaliser un test sur le pli intérieur du coude afin de s’assurer de l’absence de réaction cutanée allergique, avant toute utilisation d’une nouvelle huile essentielle.

- Mélanger l’huile essentielle à une huile végétale.


La conservation d'une huile essentielle :

- Fermer les flacons après usage.

- Garder les flacons à l’abri de la lumière et de la chaleur.

- Conserver au frais les essences d’agrumes (Citron, Orange etc) et dans un maximum de 2 ans après leur date de fabrication.

- Les hydrolats sont également maintenus au frais (consommés 1 an maximum après leur ouverture).


En cas d’accident :

Une goutte d’huile essentielle vient de tomber dans vos yeux, ou vous visiez les tempes mais vous vous êtes trop approché des yeux : rincez avec une huile végétale.

L’eau ne sert à rien !

Si une huile essentielle dermocaustique vous « brûle » la peau, aspergez-la d’huile végétale.


Vous venez d’ingérer une huile essentielle qui vous occasionne des douleurs, ne vomissez pas, ne buvez pas de lait.

Mais absorbez du charbon végétal (au fort pouvoir absorbant) et contactez le centre antipoison le plus proche de chez vous.

Communiquez le nom latin (nom botanique) de l’huile essentielle.

En cas de réaction plus grave (nausées, vertiges, etc…), rendez-vous aux urgences.


Les contre-indications :

Les femmes enceintes (de moins de 3 à 5 mois) ou allaitantes et enfants (de moins de 6 ans) doivent par principe, prendre la précaution de s’adresser à un professionnel. Certaines huiles essentielles sont abortives, utéro-toniques ou toxiques pour les bébés.


Les personnes souffrant de certaines pathologies doivent être très vigilantes quant à l’utilisation d’une huile essentielle et demander conseil à un professionnel :

Allergies respiratoires et asthme

Allergie au : camphre, à la cortisone, à l’aspirine

Cancer hormono-dépendant

Epilepsie ou terrain épileptique

Hyper-oestrogénie

Hypertension ou hypotension

Hyperthyroïdie ou hypothyroïdie

Insuffisance hépatique

Insuffisance rénale

Mastose (= affection du sein)

Phlébite

Préciser lorsqu’un traitement anticoagulant ou hormonal est en cours.


La toxicité d’une huile essentielle peut se révéler quelques minutes après son usage (toxicité aiguë), après quelques mois d’utilisation, et parfois au bout d’une ou plusieurs années (par effets cumulatifs).